Le Blog de Vincent

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 22 janvier 2014

Adieu UGC Orient Express

L'UGC Orient Express a fermé ses portes hier soir. L'UGC Orient Express, c'était un petit cinéma de sept salles sis au fin fond du Forum des Halles, né Forum Orient Express en 1983 dans des locaux occupés précédemment par une discothèque à l'existence brève.

UGC Orient Express dernier jour

Mine de rien, ça me fait quelque chose, tant j'ai vu de films là-bas. C'était le cinéma où on pouvait rattraper au vol les films qui allaient quitter le réseau UGC, car il était souvent le dernier ciné à les passer, après avoir récupéré certains films après leur carrière à l'UGC Ciné Cité Les Halles. Et puis il y avait ces films, plus rares, qu'il était le seul à passer dans le réseau UGC, voire sur Paris. C'était l'occasion de découvertes sympa, la plupart du temps : de petits films sans grande envergure médiatique, ou qui n'avaient tout simplement séduit les programmateurs d'autres cinémas au milieu du flux des sorties hebdomadaires, mais des films parmi lesquels on trouvait de véritables perles, ou au moins de quoi passer un bon moment le temps de la séance.

UGC Orient Express entrée

L'UGC Orient Express avait un charme indéniable, mais il se méritait. Il fallait passer outre ses nombreux défauts : les bruits et vibrations des RER qui passaient juste en dessous, les écrans aux tailles plus tout à fait aux standards des autres cinémas parisiens, et surtout le grainage des fauteuils qui obligeaient à changer de place si quelqu'un avait la mauvaise idée de s'asseoir devant soi. Mais souvent, le charme du ciné opérait, la séance se passait bien et laissait un bon souvenir.

UGC Orient Express porte


Pourtant, hier soir, c'est au mk2 Bibliothèque que j'ai passé ma traditionnelle séance du mardi, parce que tous les films qui passent à l'UGC Orient Express, je les ai déjà vus ailleurs. J'y suis néanmoins passé une dernière fois, comme pour lui dire au revoir. Certains de ses derniers spectateurs étaient en train de choisir leur films sur les bornes qui délivraient les tickets.

UGC Orient Express derniers spectateurs

Le dernier film que j'aurais vu là-bas, c'est donc All Is Lost, le film de J.C. Chandor dans lequel Robert Redford livre une performance époustouflante. Je l'ai vu en décembre, après qu'il ait quitté les écrans de l'UGC Ciné Cité Les Halles où il avait commencé sa carrière. L'UGC Orient Express avait repris son exploitation, procédure classique entre les deux cinémas UGC des Halles. C'était il n'y a pas si longtemps, à peine un mois, et pourtant je ne savais pas alors que la fermeture du ciné était imminente, même si elle avait été annoncée il y a un bout de temps.

Je suis passé ce matin, un peu avant 9 heures. Des techniciens étaient en train de démonter les bornes de retrait des tickets extérieures. Le panneau où figurait la programmation de la semaine était vide d'affiches, chose inédite pour un mercredi matin. Les portes vitrées du cinéma avaient été opacifiées, tandis qu'on s'affairait à l'intérieur.

UGC Orient Express fermé

Enfin, le fronton du cinéma était éteint. Définitivement.


UGC Orient Express fin

Adieu, UGC Orient Express, et merci.

mardi 31 décembre 2013

Adieu 2013

Adieu 2013, toi qui était si prometteuse, toi qui aurait dû être radieuse et qui fut au final si décevante. La leçon que je devrais tirer de tout cela, c'est qu'il ne faut jamais trop en attendre de la vie ou des personnes. Il faut se contenter de ce que les uns et les autres offrent, sans en demander plus. Et que la seule personne en qui on peut se permettre d'être exigent, c'est soi même. Mais là non plus, on n'est pas à l'abri de déceptions.

Adieu 2013 donc, je ne te regretterai pas. Pourtant tu aurais dû être tellement spéciale…

jeudi 15 août 2013

15 août

Naguère le 15 août était un jour de vacances comme les autres, même si sa situation en faisait une borne à partir de laquelle on savait que la période de congés allait désormais vers sa fin. Les deux mois de grandes vacances entraient dans leur dernier quart ; enfin pas tout à fait, mais chacun sait que les derniers jours de vacances en septembre ne sont qu'un répit en attendant la rentrée inévitable.

Désormais, alors que les grandes vacances ont à jamais disparu, le 15 août est un moment de répit dans le flux routinier du boulot, du moins quand il n'a pas le mauvais goût de tomber le week-end. J'ai l'impression d'avoir vécu un dimanche aujourd'hui, même si l'on était jeudi. Du coup, le vrai week-end n'est pas terminé, il commence même demain soir. Allez, il ne reste plus qu'un jour de boulot pour terminer la semaine ! Un jour férié comme celui-ci, c'est une délicieuse anomalie dans le calendrier.

dimanche 14 juillet 2013

Un 14 juillet 2013

<p>Les avions sont passés au dessus de la maison un peu avant 11 heures, à moins qu'on ait été plus proche de 10 heures et demie. Je n'ai pas fait attention à l'heure exacte, c'était dans le courant de la matinée, comme tous les ans. Quand je dis que ces avions sont passés <em>au dessus de la maison</em>, c'est un abus de langage ; en fait on entend juste  leur trace sonore s'approcher, puis s'éloigner. Ce sont des avions de chasse, ils passent dans le coin, on ne les voit pas. Ces avions de chasse proviennent des Champs-Élysées, où se déroule à ce moment là le défilé traditionnel du 14 juillet. L'avenue est orientée ouest - est, et les avions ouvrent le défilé ; tout naturellement, après avoir dépassé la tribune officielle place de la Concorde, ils poursuivent sur leur élan leur trajet vers l'est parisien. Habitant en banlieue est depuis toujours, le passage des avions de chasse est une sorte de rituel pour moi à chaque célébration de notre Fête Nationale.</p>

Lire la suite...

lundi 8 juillet 2013

Soir d'été

Il fait doux ce soir, après une journée qui n'a été que chaleur. Déjà ce week-end a été merveilleusement ensoleillé, chaud et lumineux. L'été est enfin arrivé pleinement, et ça fait du bien. Oh, il n'est pas sûr du tout que ce temps estival dure tout au long de la saison, mais au moins il est censé nous accompagner jusqu'au week-end prochain compris.

Lire la suite...

lundi 1 juillet 2013

Les Promesses de l'été qui vient

Nous sommes aujourd'hui le 1er juillet. Cette période du début juillet marque réellement pour moi l'entrée dans l'été, même si cette saison a commencé le 21 juin. En fait les quelques jours de juin rattachés à l'été sont encore trop proches des semaines qui les précèdent, et me faut réellement le changement de mois pour prendre conscience de l'arrivée de la belle saison — surtout cette année où le beau temps s'est fait franchement discret au printemps.
Je pense que c'est un reste de mes années d'écoles, où à l'époque les derniers jours de juin correspondaient aux derniers jours de classe, et où les premiers jours de juillet marquaient le début des vacances. Depuis la fin de mes études tout cela a changé, il est fini le temps où j'avais plus de deux mois de congés à partir de fin juin, mais les mois de juillet et août gardent tout de même leur spécificité, même si je travaille durant cette période.

Lire la suite...

mardi 23 avril 2013

Tous à marier !

Cet après-midi, l'Assemblée Nationale a ouvert le droit aux couples homosexuels de se marier, après une bataille parlementaire de haute lutte, à défaut d'être de haute tenue - l'opposition parlementaire s'étant distinguée par des débats particulièrement indignes. Plus précisément, l'Assemblée a banalisé le mariage comme étant l'union de deux personnes, sans critère de sexe pour les époux. Ce faisant, elle instaure l'égalité devant le mariage de tous les couples, qu'ils soient composés deux femmes, deux hommes, ou d'un homme et d'une femme.

Lire la suite...

jeudi 7 mars 2013

Blue Monday a 30 ans

Blue Monday a 30 ans aujourd'hui. Les années 80 sont donc si loin ? Oui, effectivement, cela fait 30 ans que ce morceau de New Order est sorti et a gagné une place de choix dans l'histoire de la musique pop.

Sorti le 7 mars 1983, c'est un morceau autour duquel gravitent quelques légendes. Comme celle selon laquelle les Pet Shop Boys, qui travaillaient à l'époque sur leurs premiers morceaux, ont été fortement déprimés à l'écoute de Blue Monday parce que le morceau réussissait cette synthèse de musique de danse électronique et de pop mélancolique que le duo essayait de mettre au point, et qui fera plus tard sa fortune. Ou bien comme celle selon laquelle le découpage du packaging original du disque rendait sa fabrication si chère que le label Factory perdait de l'argent pour chaque maxi vendu.

Mais Blue Monday, c'est surtout le maxi 45 tours le plus vendu de l'histoire, au Royaume Uni. C'est qu'avec une durée de 7 minutes et demie, c'est le seule format sur lequel le morceau est disponible, du moins dans sa version originale de 1983. Car le morceau connaîtra, fait rare, trois carrières dans les charts britanniques sous trois incarnations différentes, d'abord avec la version originale de 1983, puis une version remixée en 1988 et enfin à nouveau en 1995 avec un autre remix. La version originale fera deux passages dans les charts en 1983, un premier au printemps suite à la sortie du morceau, et un second passage durant l'été qui verra Blue Monday atteindre le Top 10.

C'est enfin le morceau par lequel New Order va réellement s'incarner. Jusque-là, le groupe vit dans l'ombre de Joy Division et du suicide de son chanteur Ian Curtis. New Order, fondé par les trois survivants de Joy Division, va ainsi sortir un premier album totalement sous l'influence du chanteur disparu. Et c'est avec Blue Monday que New Order va réellement trouver sa personnalité et la formule de sa musique propre.

Blue Monday, qui porte au sein du catalogue Factory la célèbre référence FAC73, a donc 30 ans. 30 ans de danse, de spleen, de succès, pour un vrai classique.

jeudi 24 janvier 2013

40

J'ai 40 ans aujourd'hui. Un changement de décennie, c'est toujours une borne dans le flux du temps, une étape importante. C'est passé si vite… mais il me reste tant à vivre. Alors pas de nostalgie sur ce qui a été vécu et a disparu, plutôt regarder en avant vers tout ce qui reste à découvrir. Voilà, c'est fait, j'ai 40 ans. À suivre…

mardi 1 janvier 2013

Premiers moments

La nuit dernière, comme toutes les nuits de passage d'une année à l'autre, j'ai pris ce disque dans mon étagère. J'ai mis le CD dans mon lecteur, sélectionné la piste à jouer, et ai pressé la touche qui en a déclenché la lecture. C'est un petit rituel que j'ai instauré depuis quelques années, le fait de commencer l'année en écoutant un morceau, toujours le même depuis le début. Une nappe de synthé commence, une mélodie d'accompagnement suit, et enfin la rythmique qui fait entrer pleinement dans le morceau. L'intro est rallongée, il s'agit d'une version longue - référencée extended mix parmi les versions du morceau - parce que quand c'est bon, autant faire durer le plaisir. Au bout de quelques minutes enfin, la voix de Neil Tennant entame la partie chantée. C'est un morceau pop dansant, mais un sentiment mélancolique s'en dégage irrésistiblement ; une sorte de morceau doux-amer, en quelque sorte, sur la vie et le temps qui passent, et sur le sentiment de quitter sa jeunesse.

Being Boring des Pet Shop Boys, puisqu'il s'agit de ce morceau, est sorti en 1990 sur leur album Behaviour. Je suis passé à côté à l'époque parce qu'il n'est pas vraiment passé en radio en France, et apparemment cela a été la même chose avec sa vidéo. C'est un peu plus tard, via MTV Europe, que j'ai connu ce morceau ; ce fut un coup de foudre musical qui continue toujours des années plus tard. Il y a quelques années, j'ai décidé un jour de l'An de choisir, pour une fois, quel serait le premier morceau que j'écouterai dans l'année. Pas le premier morceau entendu, parce qu'en général on n'a pas de contrôle dessus, mais celui qu'on écoute de son propre chef. Le choix de Being Boring a alors été une évidence, parce que le mélange de joie et de mélancolie qu'on y trouve est à l'image de la vie. Et bon sang, qu'est-ce que j'aime ce morceau… alors commencer l'année avec lui, c'est parfait.

J'ai reconduit la démarche et le même morceau l'année d'après, et puis encore les années suivantes jusqu'à aujourd'hui. C'est un petit moment personnel, un rituel d'entrée dans la nouvelle année.

Bonne Année 2013 à toutes et à tous. Qu'elle vous soit douce et heureuse.